AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (icarles) i can't escape this now unless you show me how.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
mel/cripsow
Messages : 20
Date d'inscription : 06/08/2016
age : vingt-cinq
emploi : futur membre du magenmagot
race, origines : sorcier / sang pur


MessageSujet: (icarles) i can't escape this now unless you show me how.   Dim 7 Aoû - 16:26

- ICARUS & CHARLES -

so they dug your grave and the masquerade will come calling out at the mess you made. don't wanna let you down but I am hell bound though this is all for you, don't wanna hide the truth
sa baguette en main, il regarde à droite, à gauche puis de nouveau à droite. personne en vue. comme quoi il y a certains avantages à être insomniaque. a l’heure où tout le monde dort, charles est aussi réveillé qu’en pleine journée. certes les cernes ne mettent pas vraiment en avant son charme naturel, mais ils ont au moins le privilège de faire ressortir l’acier de ses prunelles. il avance à pas de loup dans la pénombre, prêt à assassiner le premier qui se dresse en travers de son chemin. il est en territoire ennemi, en dehors d’icarus, il n’y a que de la vermine dans la maison. des saletés de moldus. des chasseurs qui plus est. il voudrait tous les écorcher vifs et les rouler dans du jus de citron ensuite. un rictus se dessine sur ses lèvres. chassant ces idées morbides de sa tête, il continue d’avancer. le sous-sol est l’endroit le plus plausible d’abriter un prisonnier. charles ne peut s’empêcher de maudire icarus. cet idiot. ce parfait idiot. c’était bien la seule chose qu’il faisait avec perfection : être idiot. il se demande si c’est en connexion avec lui qu’on l’a kidnappé. presque mangemort, définitivement pro-sorciers, il est une cible presque toute désignée. après tout qui voudrait faire du mal à un weasley ? personne, sauf un malfoy. après une dizaine de minutes, il finit par le trouver, derrière une lourde porte d’acier. les choses s’accélèrent alors rapidement. assis sur un banc, icarus semble perdu, effrayé, jusqu’à ce qu’il finisse par reconnaître qui vient d’ouvrir la porte. si on lui avait dit qu’il deviendrait un jour le chevalier blanc en armure, charles se serait pendu haut et court. putain t’es vraiment qu’un con. en plus t’as vraiment une sale gueule. lui lance-t-il en le dévisageant avec un air critique. plus pâle que d’ordinaire, ses taches de rousseur ressortent plus que jamais. il a les traits tirés de celui qui n’a pas réussi à dormir. ses paroles ne semblent pas atteindre le fils weasley. il doit avoir l’habitude à force. et charles ne veut pas montrer son inquiétude. heureusement, il n’est pas attaché. lui tendant la main, son regard ne peut plus cacher le soulagement qu’il ressent lorsque le rouquin la serre doucement dans la sienne. quel idiot. crétin. imbécile. incapable. charles a envie de le clouer contre le mur et de le gifler. tu m’as fait tellement peur espèce d’illuminé crient son regard. il ne sait pas icarus sera capable de déchiffrer son expression à la fois désespérément inquiète mais aussi agacée par son comportement tellement naïf. j’sais pas comment t’as fait pour te retrouver dans ce pétrin mais compte pas sur moi pour te sauver la peau la prochaine fois le menace-t-il tout en l’aidant à se relever. il ne sait pas vraiment ce que les moldus lui ont fait subir. il préfère ne pas le savoir, tout compte fait. tant qu’il peut marcher, peut-être courir, tout va bien. on te rachètera une baguette, j’ai pas envie de mourir en essayant de récupérer la tienne marmonne-t-il, décidément contrarié. s’il s’écoutait il le prendrait dans ses bras, le bercerait pendant des heures, lui murmurant que tout irait bien. mais ce n’était ni le moment, ni le lieu. évidemment, il n’y avait jamais de moment, ni de lieu pour faire preuve de tendresse. alors il se contente de lui jeter quelques regards inquiets. c’est la seule preuve qu’icarus aura de l’éventuelle affection que l’aîné malfoy pourrait bien lui porter.

_________________
    - t h a n a t o s -

    i'll seek you out, flay you alive, one more word and you won't survive and i'm not scared of your stolen power. i see right through you any hour. i won't soothe your pain, i won't ease your strain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
alex/othello
Messages : 8
Date d'inscription : 07/08/2016
age : alexandra/othello.
emploi : journaliste pour la gazette.
race, origines : hp/chasse aux sorcières.


MessageSujet: Re: (icarles) i can't escape this now unless you show me how.   Dim 7 Aoû - 16:34

Il observe le sol de la bibliothèque moldue pour la centième fois, et s’efforce de ne pas fondre en larmes à nouveau. Le rouquin sait qu’il a commis une terrible erreur, et soupire. Ol ignore la date du jour. Les paupières sont lourdes, et son corps est recouvert de bleus et autres cicatrices... De quoi rappeler celles qu’il embrassait encore la semaine dernière, parsemées sur la poitrine de Charles. Weasley revoit encore le patriarche Skeeter lui rire au nez. Lui dire qu’il ne parviendrait jamais à se faire passer pour un moldu, lui, qui mourrait d’envie de comprendre ce monde dont il ignorait tout. Icarus avait promis d’écrire l’article le plus complet sur les sans-magie, et leur perception des sorciers. Un exploit digne des maîtres du gonzo dont il n’a de cesse de faire l’éloge depuis l'adolescence. En dépit des mises en garde de ses parents et de celles de Malfoy, l'idiot s’est lancé tête baissée dans le piège des veilleurs. On lui a assigné un moniteur, le traquant à son tour tel un animal. Une bête de foire ou un rat de laboratoire, lui même ignore lequel des deux titres conviendrait le mieux à son statut actuel. Il jette un regard inquiet aux chaînes d’isotone qui lui enserrent les poignets, et au liquide carmin qui s’échappe lentement de ses bras, marqués plusieurs fois par des aiguilles moldues. Icarus est fatigué de voler toujours trop près de l’astre. Peter Pan désabusé, le voilà qui regrette ses actions. Chaque fois qu’il s’efforce de faire l’adulte et suivre les pas de Woody, il semble s'enliser dans une forêt de filets du diable. Il aimerait pouvoir se nicher dans les bras rassurants de Daisy, et poser sa tête sur sa poitrine fleurissante. Chaque moment passé loin de sa fratrie est plus angoissant que le précédent.

Au loin, il voit la couronne dorée qui encercle le visage de amant et croit délirer. Le mirage est sublime, puissant, et lui tire rapidement un sourire désespéré. Son prince charmant daigne enfin se montrer, et lui retire ses chaînes d’un coup de baguette. C’est au son mélodieux de la voix de Malfoy, et aux insultes emplies de tendresse qui s’échappent de sa bouche qu’il réalise que le sorcier est bien réel. Il se laisse libérer par sa chimère et essaye à nouveau de contenir ses larmes, pourtant il ne peut s’empêcher d’ignorer l’émotion qui lui monte au nez. Ses yeux rouges et gonflés contemplent silencieusement le visage encore poupin de son âme soeur. Icarus se précipite dans ses bras, passant délicatement ses mains douloureuses derrière son cou. Les lèvres tremblantes, il vient délicatement déposer un baiser sur les lèvres du blond. « Charlie, c’est toi. » Il l’embrasse à nouveau, ne prêtant pas attention aux insultes dont il a l’habitude. Elles sont devenues un bruit de fond pour lui, la cerise sur le gâteau du sang pur qui refuse d’accepter ce qu’ils sont. Il a besoin de sentir la chaleur de son corps près de la sienne. Il a besoin d’un semblant de réalité, de s’assurer que l’ancien serpentard n’est pas une simple manifestation de son esprit. Il pose sa joue sur sa chemise, la tâchant de son sang, et humecte lentement le parfum si subtil et caractériel de Charles. Il se détache de lui et il tombe à terre, incapable de faire plus de quelques pas seul. Weasley porte une main à sa bouche et s’efforce de camoufler ses joues empourprées. Il a honte de son état, et honte de s’être laissé piéger par un vulgaire moldu, puis il se rappelle que son homme est venu jusqu’à lui. De chaudes larmes viennent brusquement perler ses joues pâles. « J-j’ai cru que je ne te reverrais ja-jamais. Merci mon p-prince. Je… Je... t’… » Il l’a pas le temps de finir sa phrase. Son souffle est hâché par la terreur qui l’habite et qui remonte dès l'instant où il aperçoit des moldus se diriger vers eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
mel/cripsow
Messages : 20
Date d'inscription : 06/08/2016
age : vingt-cinq
emploi : futur membre du magenmagot
race, origines : sorcier / sang pur


MessageSujet: Re: (icarles) i can't escape this now unless you show me how.   Dim 7 Aoû - 16:34

il le libère de ses chaînes, d’un coup de baguette magique. ils sont dans l’antre du démon et charles ne compte pas cracher sur ses pouvoirs pour s’en sortir. ce sont eux qui lui permettront de s’en sortir vivant. pendant l’espace d’un instant, le temps se fige, les regards se croisent et les souffles se coupent. il a l’air tellement éprouvé, épuisé. ce n’est plus la tendresse qui se fraye un chemin vers le cœur de l’héritier malfoy mais la colère. il enrage. ce sale moldu ne s’en sortira pas vivant, pas tant que charles serait sur cette terre. il le traquera jusqu’aux enfers s’il le faut. de toute manière il sait qu’il y passera l’éternité suivant son dernier souffle. puis le temps reprend son cours, icarus le rejoint, charles ouvre ses bras malgré lui, prêt à l’accueillir. leurs lèvres se retrouvent enfin. c’est maladroit, presque violent, les dents s’entrechoquent et pourtant aucun baiser n’a jamais été aussi bon. charlie, c’est toi. il déteste ce surnom, même venant d’icarus. mais il choisit de laisser couler pour cette fois. juste cette fois. il resserre son étreinte autour de la taille du rouquin, frotte son nez contre sa joue. ils ont presque la même taille, mais c’est weasley qui jouit de l’avantage de la taille. quelques centimètres mais tout de même. icarus semble s’accrocher à lui comme à une bouée. même pour lui, cette ferveur est inhabituelle. la rage bouillonne dans ses entrailles. il aura sa revanche. evidemment le rouquin n’en a rien à faire de la vengeance, alors charles devrait s’en charger. il préfère ne pas demander tout de suite ce qu’ils ont bien pu lui faire. il n’a pas envie de le savoir. il sait que lorsqu’il l’apprendra, sa réaction serait imprévisible et sans doute incontrôlable. icarus finit par se recroqueviller dans ses bras, tachant au passage sa chemise toujours impeccablement blanche de sang écarlate. il se contient à peine. finalement, leur étreinte se desserre et ils se remettent en route. mais il ne tient pas plus de quelques pas et charles est obligé de faire volte-face pour le rattraper. et là, comme si ce n’était pas suffisant, icarus commence à pleurer. soulagé, à bout de nerfs sûrement, les joues rouges, le corps tremblant. j-j’ai cru que je ne te reverrais ja-jamais. merci mon p-prince. je… je... t’… charles grince des dents. il ne lui a jamais dit, et ne compte pas le lui dire un jour, alors c’est mieux s’il s’arrête là. le blond bénit silencieusement la chose qui a bien pu interrompre icarus dans son monologue dramatique. passant son bras autour du jeune homme, il se remet à avancer, tombant nez à nez avec deux silhouettes masculines qui se dessinent dans la pénombre. les moldus. cette fois charles ne se contrôle plus. ils ont touché à icarus, ils ont touché à sa propriété. dégainant sa baguette, il se place instinctivement en avant, rassuré par la présence du rouquin dans son dos. derrière lui, il ne risque rien. il est bien trop apeuré pour tenter quelque chose. tout repose sur les épaules de malfoy qui jure contre tous les dieux, et particulièrement contre lui-même. il aurait dû prévenir wood et peste contre son impulsivité. a deux, personne ne peut les vaincre, mais seul, il ne fait pas le poids si on vient à le priver de ses pouvoirs comme certains moldus semblent pouvoir le faire. alors il doit attaquer le premier, avant qu’ils ne le voient. ils jouissent encore de l’effet de surprise. tapis dans la pénombre, il hésite. la mort ou la torture ? il n’a jamais tué personne. pas comme ça. mais il y a un début à tout. la haine lui tort de ventre, l’adrénaline fait battre son cœur. le premier moldu est dans son champ de vision. il ne s’en tirera pas. avada kedavra le sortilège jaillit, heurte la poitrine en plein cœur. charles est foutu. il sait qu’on va le lui reprocher, le foutre en taule pour ça. mais il n’arrive pas à regretter. c’était nécessaire. evidemment, l’autre moldu se rue sur lui, le premier était une cible facile. ils tombent à terre, roulent sur le sol. évidemment il est armé. il s’attend à tout moment à ce qu’un couteau se plante dans sa chair, lui transperce un organe, mais il se débat. c’est pas un chien de moldu comme toi qui aura ma peau grogne-t-il entre ses dents. si charles a un talent, c’est celui de pouvoir lancer des sortilèges informulés. il n’a pas besoin de parole pour canaliser ses pouvoirs, l’occlumencie en est la preuve. le moldu tombe, pétrifié. charles se dégage, le fait rouler sur le côté. un connard, et pas maigre en plus de ça. son regard tombe alors sur le corps sans vie de l’autre victime, et le monde se met à tourner autour de lui. il a tué. il a tué, et de sang froid en plus. le pire ? il ne regrette rien. si c’était à refaire, il le referait. et il tuerait son copain moldu aussi. mais maintenant qu’il est hors d’état de nuire, il sait qu’icarus l’en empêchera. alors il se contente de lancer un regard au rouquin et de replacer une mèche de cheveu blond en place, lui faisant signe qu’il est temps de partir. il y en a peut-être d’autres, et charles sent bien qu’il est sur le point de craquer. il a tué. un moldu, certes, mais un être vivant tout de même. ce n’était plus arrivé depuis l’elfe de maison. le cœur au bord des lèvres il rejoint icarus. il doit le haïr maintenant, le voir comme il est vraiment : un assassin, monstre sans cœur, sans pitié, une créature sans foi, ni loi. la comparaison est vite faite, terrible, elle raisonne dans sa tête alors que sa vision se trouble. icarus ne le dit pas, mais il le pense sans doute aussi fort que charles à cet instant. t’es devenu comme ton père, malfoy

_________________
    - t h a n a t o s -

    i'll seek you out, flay you alive, one more word and you won't survive and i'm not scared of your stolen power. i see right through you any hour. i won't soothe your pain, i won't ease your strain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
alex/othello
Messages : 8
Date d'inscription : 07/08/2016
age : alexandra/othello.
emploi : journaliste pour la gazette.
race, origines : hp/chasse aux sorcières.


MessageSujet: Re: (icarles) i can't escape this now unless you show me how.   Dim 7 Aoû - 16:35

Icarus est sous le choc, quand bien même l’ombre à la fois rassurante et princière de Malfoy apparait dans son champ de vision. Sous la lumière quasi-inexistante des sous-sols, Charles semble encore plus beau que d'ordinaire. Derrière ses yeux embués de larmes, Icarus admire ses airs de chevalier servant. Les rôles sont inversés, pense-t-il. Cette fois, c’est à son tour d’être sauvé. Il repense à leur enfance, et au jour où il l’a extrait du ventre d’un lac. Il revoit les eaux noires dévorer son ami. Il ressent à nouveau la peur de le perdre qui fait vibrer sa poitrine. Son coeur tout entier est prêt à exploser, à se déchirer sous son torse galabre. Lui le petit dernier des Weasley est un jour parvenu à épargner la vie du monarque. Un simple voisin, une ombre majestueuse qui en un instant a changé le cours des choses dans sa vie. Lui qui se pensait inutile a trouvé un sens à sa vie en rencontrant Malfoy. Plus encore que les promesses faites à Woodrow et ses tentatives de rendre le chef de la famille fier, il devrait servir Charles. Le protéger. L’aimer. Mais pour l’instant, c’est lui qui est dans le besoin. Il soupir en songeant qu’il a quelque part failli à sa mission en tournant le dos aux sorciers. En lui tournant le dos à lui, qui n’approuvera probablement jamais ses penchants pour les sans magie. La voilà la conséquence ; Icarus a les ailes brisées. Il se réfugie dans les bras du blond comme un enfant. Pan l’éternel, qui toujours refuse de grandir. Malgré son poste à la Gazette et ses costumes sérieux empruntés pour la plupart à Malfoy, il demeure figé dans ses vingt ans. Tous les efforts faits pour paraitre un tantinet adulte s’effritent au gré du vent qui vient délicatement lécher son visage poupin, et balayer les larmes qui s’y sont frayées un chemin. Ses douces paroles sont royalement ignorées par Malfoy. Faire abstraction de ce lien qui les unit est pour lui une habitude. Le rouquin la voit, la honte sur son visage. Le dégoût, presque, à l’idée d’être vu avec un empoté pareil. Puis il voit la tristesse dans son regard, et cette même peur qui l’habite. Il se laisse emporter par le sorcier qu’il ne comprend pas tout à fait sans un mot. Quelque part, il le sait. Il n’a jamais vraiment eu besoin de le comprendre. Comme la tradition le veut à présent, Icarus se contente d’accepter ce que le sang pur lui donne. Un regard tendre durant une seconde peut-être, un sourire arraché. Un baiser, même, si c’est son jour de chance. Toujours, Icarus reste pendu à ses lèvres. Toujours, il a soif de lui. De sa présence. De son affection. D'un amour imaginaire, pense-t-il juste avant que Charles ne brandisse sa baguette sur le moldu qui les suit.

Interdit, Icarus porte une main à sa bouche. Il l’a vu aussi bien que lui, le meurtre. Ses iris ambre se plongent dans le métal de ses yeux, scrutant sa réaction comme un ange déchu. Son ange gardien. Le seul prêt à le suivre jusqu’au tréfonds des enfers. Un idiot sensible, bien trop influençable pour son propre bien. Il n’a pas peur, Icarus. C’est du moins ce qu’il se répète en approchant le corps sans vie du veilleurs. Avada kedavra, des mots que lui-même n’oserait jamais prononcer. C’est du moins ce qu’il croit. « Qu’est-ce que… » Ses sourcils se froncent, sa bouche à lui est encore en sang. Il peine à se déplacer, mais il dit pourtant. « Il faut qu’on se dé-débarrasse du c-corps. » C’est vrai, Malfoy a agit comme son père. Mais Icarus s’en moque. Il s’efforce de soulever la dépouille de l’homme lorsqu’il croise le regard d’un bracelet familier autour de son poignet ; l’isotone. Il n’a pas le temps de poursuivre, Weasley est soudainement tétanisé. Le traumatisme est toujours là, ancré dans son crâne. Il s’effondre sur place et pousse un hurlement lourd de signification. Si les moldus ont toujours une place dans son coeur, ils viennent d’y creuser un trou béant qu’il sera difficile à refermer. Le voilà qui revit sa torture. Elle repasse en boucle dans sa tête. « Je vous en prie, non. Non. Non. Je suis humain moi aussi. Laissez-moi en vie. Je vous en prie. Laiss... » Son délire fait rage. Face aux démons les plus insoupçonnés, Icarus reste vulnérable. L’enfant perdu aimerait regagner le pays imaginaire avec sirène mâle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
mel/cripsow
Messages : 20
Date d'inscription : 06/08/2016
age : vingt-cinq
emploi : futur membre du magenmagot
race, origines : sorcier / sang pur


MessageSujet: Re: (icarles) i can't escape this now unless you show me how.   Dim 7 Aoû - 16:35

le monde tourne autour de lui. il a le cœur qu’il n’a jamais vu au bord des lèvres. son regard se détourne d’icarus une seconde, descend vers le veilleur, désespérément mort à ses pieds. il est mieux mort. il a les yeux grands ouverts, perdus dans le lointain, vitreux comme après une nuit trop arrosée. il est mieux mort. il est comme son père, il tue sans réfléchir, s’en félicite même. il est mieux mort. mais ça ne change rien au fait qu’il soit mort. malfoy renifle, essuie le sang que le poing de l’inanimé à quelques pas de là a lancé en travers de sa figure. réfléchis, charles, concentre-toi. il a l’habitude des situations stressantes. il a l’habitude de reprendre son calme. alors il respire lentement, fixe un point au loin, fait le vide. il pense aux barrières mentales qu’il élève autour de ses pensées. elles ont besoin de lui pour exister, il a besoin d’elles pour se contenir. les paroles d’icarus raisonnent dans son crâne. le corps, le cadavre, il faut le faire disparaitre. il a raison. charles lui tourne le dos, toujours aux aguets. la maison a l’air vide en dehors d’eux. il soupire, la baguette toujours en main, prêt à en tuer un autre s’il le faut. la froideur avec laquelle il pense aux meurtres à venir le terrifie. il veut pas être comme son père. tous pensent qu’il est son modèle. c’est faux. il veut le rendre fier, se conformer à ses attentes, mais pour rien au monde il ne veut devenir comme lui. d’ailleurs c’est le visage de son père qui lui permet de garder son calme. il ne voudrait pas que son fils se montre faible, qu’il abandonne face à des moldus. ils n’en valent pas la peine. lorsqu’il pivote finalement sur lui-même dans l’optique s’occuper du cadavre et peut-être d’aider icarus, il doit se retenir pour ne pas se jeter aux côtés du rouquin. recroquevillé sur le sol, il est pris de tremblements, spasmes incontrôlables, visage crispé, larmes ruisselant le long de son nez. je vous en prie, non. non. non. je suis humain moi aussi. laissez-moi en vie. je vous en prie. laiss... un humain lui aussi. alors après tout ça, il considère toujours ces monstres comme des hommes ? il est désespérant. charles approche, glisse lentement à ses pieds, pose une main sur l’épaule dénudée du jeune homme. glacée, moite de sueur, elle tremble à vue d’œil tant l’attaque est violente. ses yeux sont clos, fermement plissés dans une expression de souffrance intense. ica ? icarus écoute-moi les insultes ne le feront pas réagir, alors il tente l’autre voie. il faut le calmer, le faire se sentir en sécurité. icarus c’est fini, promis, je suis là maintenant, je les laisserai pas te refaire du mal dans la confusion de l’illusion, il espère que weasley ne retiendra pas ces mots bien trop tendres à son gout. il ne semble pas se calmer, les soubresauts de son corps toujours aussi violents, inquiétants. qu’ont-ils bien pu lui ferre ? sa mâchoire se serre. viens là il déteste l’admettre, mais la vision de son ami –ami, juste ami, oui, oui- dans cet état lui brise le cœur. rage, détresse, désespoir. faites que ça s’arrête, pense-t-il. il en viendrait presque à préférer le sourire béat d’icarus dès qu’il laisse son regard vagabonder sur le corps du blond. presque. il l’aide à se redresser légèrement, juste assez pour qu’il puisse reposer sa tête sur son épaule, pour qu’il puisse l’enlacer, le bercer. il lui murmure des paroles rassurantes, oubliant le moldu toujours pétrifié au fond du couloir ainsi que le cadavre qui repose à moins d’un mètre de lui. il espère que ce sera suffisant pour le calmer au moins assez longtemps pour qu’ils puissent sortir de cette maison de malheur, de cet enfer. il tient le corps secoué de sanglots contre lui, dans ses bras. sa joue est chatouillée par des mèches rousses rendues dures par le sang qui y a séché. qu’est ce qu’ils t’ont fait, grand dieu il ne croit pas en dieu je suis là, ica, je suis là, maintenant, mon amou- il se tait subitement, se fige, bien conscient du mot qu’il allait prononcer. le bras qui était enroulé autour de la taille d’icarus tombe, sans vie, le long de son corps. il a envie de fuir, ses instincts lui hurlent de s’en aller, de l’abandonner ici. aimer c’est souffrir, aimer c’est détruire, casse toi de là charles, avant que ça te bouffe. mais ses yeux se posent sur la silhouette lovée dans ses bras et il ne peut se résoudre à s’en aller. avec un peu de chance d’ici demain il aurait tout oublié.

_________________
    - t h a n a t o s -

    i'll seek you out, flay you alive, one more word and you won't survive and i'm not scared of your stolen power. i see right through you any hour. i won't soothe your pain, i won't ease your strain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
alex/othello
Messages : 8
Date d'inscription : 07/08/2016
age : alexandra/othello.
emploi : journaliste pour la gazette.
race, origines : hp/chasse aux sorcières.


MessageSujet: Re: (icarles) i can't escape this now unless you show me how.   Dim 7 Aoû - 22:15

Enfin il échappe enfin aux filets des moldus, ses bourreaux. La situation le laisse pantois. Icarus ne comprend pas comment des êtres, qu’il pensait si innocents et bons, ont pu finir par piétiner sa liberté. Il a mal, mais par-dessus tout il a honte. Lui qui passait son temps à louer leurs qualités à Charles s’est retrouvé stupidement piégé. Il ne veut pas déprouver ses théories face au blond, pas plus qu’il ne veut voir les deux mondes se déchirer. Il est fatigué de la guerre qui existe entre les veilleurs et les sorciers. Fatigué de devoir regarder par-dessus son épaule, et celle des autres. Son article aurait dû être un message de paix pour le reste de la communauté magique, et au lieu de cela il n’a écopé que d’autant de bleus que Malfoy après le passage de la baguette de son père sur ses flancs. Le rouquin repense à son amant imaginaire et ne peut s’empêcher de vouloir nicher sa tête dans le creux de son cou, de profiter de son odeur et de la chaleur de son corps. Mais il n’ont pas le temps de s’attendrir ; c’est un meurtre de sang froid que Charles opère devant ses yeux. Un crime puni par la loi sorcière, lui-même est bien placé pour le savoir.

Contre toute attente, la réaction première du rouquin n’est pas la fuite, mais bien l’action. Il faut se débarrasser du corps, souffle-t-il. Malgré les apparences, Icarus reste un fier gryffondor. Le courage avant tout, et qui plus est pour ses amis. Pour ses amours. Il observe silencieusement Malfoy qui semble se concentrer sur une chose que l’adolescent ne comprendra jamais ; son propre esprit. S’il lui arrive souvent de se demander ce qui peut bien se terrer dans le crâne si sublime de Charles, cette fois il ne préfère pas y songer. Icarus sait que le sang pur fait face à ses propres démons. Il l’a vu de ses propres yeux, alors qu’ils n’étaient encore que des enfants. Mr. Malfoy est un venin silencieux et sournois pour son fils. Il a longtemps fait l’objet de ses pires cauchemars, imposant la crainte en Charles. La crainte de devenir un jour comme lui. Ce n’est pas pour rien si Icarus accepte les remarques perfides de l’ancien serpentard. Tout naïf qu’il est, il sait qu’il a besoin de lui. D’une part de lumière dans sa vie. Il y a longtemps que Weasley lui a ouvert son coeur. Il n’hésite jamais à subir ses mots les yeux fermés.

Mais en ce jour, c’est à son tour d’avoir besoin de lui. À la vue de l’isotone, Icarus panique. Il revit l’attaque et s’écroule au sol, tremblotant. Suivi de près par son Charles, il est surpris par les bras de Malfoy qui enveloppent ses épaules frêles. Le pleureur cesse lentement ses sanglots, impressionné par la douceur inhabituelle avec laquelle le jeune assistant du juriste s’adresse à lui. Puis tout à coup, il dérape. Il prononce des mots qui le touchent au plus profond de son âme. Les iris dorées d’Icarus toisent Charles. Le rouquin approche soudainement son visage du sien. Il souhaite y déposer un baiser. “Charles, je…” Il a envie de lui répondre à son tour. De lui cracher son amour au visage, et de partager le baiser le plus long, comme celui que l’on voit dans les films moldus. Il sèche ses larmes, et se blotti contre le sorcier tel un enfant. “J’aimerais qu’on arrête de faire semblant, un jour. Que l’on puisse être sincère l'un envers l’autre.” Il touche sa baguette du bout des doigts, la sienne est brisée en mille morceaux. “Tu as raison, je ne suis qu’un bon à rien…” Il desserre leur étreinte et ose enfin dire : “Mais je t’aime aussi, Charles Malfoy. Que ça te plaise ou non, je t’aimerai toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: (icarles) i can't escape this now unless you show me how.   

Revenir en haut Aller en bas
 

(icarles) i can't escape this now unless you show me how.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» The Great Escape [Site]
» (mission) (haythope) we have to escape.
» Je suis le pire cauchemar des chocapics !! Mouahahaha
» Affichier une infobulle au pointage d'un contrôle
» Billets Showtime, 3-Rivières, 8 Août 2009 (Tirage)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TO INFINITY AND BEYOND :: 
harry potter
 :: quatre : chasse aux sorciers
-