AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 that's all right because i like the way it hurts (ft. goyle)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
mel/cripsow
Messages : 3
Date d'inscription : 07/08/2016
age : vingt-et-un ans
emploi : département de la coopération magique internationale (norvège)
race, origines : sorcière de sang-mêlé.


MessageSujet: that's all right because i like the way it hurts (ft. goyle)   Dim 7 Aoû - 21:54

elle l’observe, interloquée. le temps s’est arrêté l’espace d’un instant, l’espace d’un geste. le silence tombe, épais et opaque autour d’eux. il ne dit rien, elle se tait, porte sa main à sa joue légèrement rougie par la gifle qu’elle vient de recevoir. elle ne sait pas d’où c’est parti. d’une énième dispute entre maddox et elle, à propos de l’ordre, de leurs allégeances respectives, de leurs différences. les voix se sont élevées, ce n’est pas la première fois. dès leur première rencontre, les cris ont animé l’air qui les entourait : elle ne savait pas voler, avait-il dit d’un air supérieur, pas même moqueur, plutôt blasé, même. mais ils n’en sont jamais venus aux mains, accord tacite entre les deux : la violence ne serait que verbale, le respect prévalant sur le reste, sur l’idéologie. ils sont aussi opposés qu’ils peuvent l’être. ordre et mangemort. pourtant, il est l’un des seuls qui sait, l’un de ceux qui pourraient avoir sa mort rien qu’en en révélant un peu trop. mais elle lui fait confiance, paradoxalement, lui, le goyle, fils de son père, tatoué jusqu’au sang, signe de leur discorde éternelle. elle a toujours haï ces mangemorts, et plus généralement les serpentards, meute de loups dont elle a fait partie durant sept ans, douloureuses années. torture quotidienne qu’était devenue sa vie. maddox avait été une exception, presque un échappatoire. certains les diraient amis. mais les amis se respectent. ne se frappent pas. c’est une trahison. disgrâce. l’esprit du mal est marqué sur son avant-bras. cet avant-bras auquel est attaché la main qui l’a heurtée quelque secondes auparavant. il avait eu cette lueur folle au fond de ses prunelles, transpirant la haine, le ressentiment. il avait perdu le contrôle, s’était adonné à ses pulsions, celles le poussaient vers voldemort et ses partisans, qui le poussaient à torturer d’innocentes créatures, moldues ou non, au fond des cachots. la surprise passée, elle le fusille du regard et tourne les talons. elle connait le manoir goyle sur le bout des doigts, à force de fréquenter mad. une triste constatation. depuis qu’elle a quitté l’école, presqu’un an, elle vient tous les deux jours ici. il est devenu son quotidien. son visage blafard, son sourire ironique, sa voix douce mais ferme. mangemort né. elle avait osé croire qu’il dévierait de son chemin tout tracé. pour elle. pour qu’elle ne soit pas seule. bonne blague.

elle dévale les escaliers, ouvre la porte d’entrée à la volée. le père goyle est absent comme à son habitude. le sang bat dans ses tempes. sentiment de trahison, encore plus fort que celui qu’elle a ressenti lorsqu’il lui a montré sa marque avant de la menacer de la dénoncer si elle ne lui obéit pas. aujourd’hui, il a dépassé les bornes. qu’il divulgue son secret, qu’il fasse d’elle une ennemie officielle des mangemorts. elle s’en fiche. elle est prête à fuir lorsque de longs doigts se glissent autour de son poignet, la retiennent. le regard voilé de larmes qu’elle n’avait même pas remarquées, elle pose finalement ses yeux sur maddox. j’en ai marre de toi, de tout ça. de ce chantage, de ce manque de confiance, de ce besoin, de cette affection. t’es qu’une ordure. je vois même pas pourquoi je viens encore ici. vas-y, va me dénoncer, je m’en fiche complètement. si ça se trouve c’est regulus qui viendra me tuer lui-même, histoire que tu sois vraiment content ! crache-t-elle. elle se dégage de la poigne de fer de maddox et non sans un dernier regard noir, s’enfonce dans la nuit noire. la pluie tombe à verse, la trempe jusqu’aux os. elle a horreur de cette sensation. Mais c’est toujours mieux que le manoir goyle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 2
Date d'inscription : 07/08/2016
age : vingt-cinq ans.
emploi : langue-de-plomb au sein du ministère.
race, origines : sorcier, sang-mêlé.


MessageSujet: Re: that's all right because i like the way it hurts (ft. goyle)   Lun 8 Aoû - 11:31

it's like I'm huffing paint and I love it the more I suffer,
I suffocate and right before I'm about to drown,
she resuscitates me,
she fucking hates me and I love it.

le geste est parti avant qu'il ne puisse l'arrêter, il ne sait même pas ce qu'il lui a pris, ce qu'il lui est passé par la tête, toutes les fois où il s'est promis de ne pas être comme les autres serpents, de ne pas faire ça. de ne pas laisser l'animal en lui, qui le démange, qui grogne parfois plus fort que lui, le laisser prendre le dessus. et pourtant il s'est fait avoir aujourd'hui et sa main s'est levée, sur elle, avant même qu'il ne puisse s'en rendre compte. l'impulsivité qui court dans ses veines, le sang des goyle, la violence murmurée à son oreille comme une prière. il se déteste. déteste ce qu'il est devenu, déteste être aussi faible, déteste en être arrivé jusque là. il voit bien dans son regard qu'elle ne s'y attendait pas non plus mais le tout est bien vite remplacé par la colère. que quelqu'un le secoue un peu. et elle s'échappe avant même qu'il ne puisse s'en rendre compte, elle prend la fuite et il ne peut pas la blâmer. mais il ne peut pas non plus la laisser partir comme ça, sans un mot de regret pour ce geste.
dorcas s’enfuit dans le manoir des goyle, maddox n'hésite pas à la suivre juste après, traversant les couloirs en priant pour que son père ne soit pas là, pour qu'il ne revienne pas et croise la meadowes. c'est le genre à poser des questions trop désagréables et à attendre d'avoir une réponse, de savoir, elle n'a pas la tête de la mangemort et c'est trop dangereux de l'avoir seule dans le manoir. l'ancien serpent le sait parfaitement et c'est pour ça qu'il se retrouve rapidement dehors, sans se soucier de la pluie qui commence à tomber sur lui et à le glacer rapidement. dorcas est là et ses doigts s'enroulent autour de son poignet, avec une certaine douceur, contrastant avec al violence dont il a fait preuve précédemment.

les yeux de dorcas sont brillants et maddox serre un peu ses dents. regarde quel idiot tu fais. j’en ai marre de toi, de tout ça. les hostilités commencent, le goyle garde son visage impassible, préfère attendre que la tempête se déchaîne. t’es qu’une ordure. je vois même pas pourquoi je viens encore ici. vas-y, va me dénoncer, je m’en fiche complètement. si ça se trouve c’est regulus qui viendra me tuer lui-même, histoire que tu sois vraiment content ! il assimile les mots, veux bien être l'ordure que dorcas voit, mais le reste lui fait froncer des sourcils. ils en reviennent toujours au même point, retombent toujours face à regulus, et le nom du black commence à être lourd de sens dans les oreilles du goyle. dorcas se dégage, continue à s'éloigner de lui. certainement parce que supporter un mangemort est assez pour elle, les autres sont des justes des poids en trop.
dorcas. il gronde lorsqu'il la rattrape à nouveau, ses doigts encore enrouler autour de son poignet, cette fois il l'arrête et la fait reculer contre l'un des arbres, pour la bloquer et qu'elle ne s'échappe pas une seconde fois. il tremble, le loup réveillé à nouveau, qui gronde, et ses yeux lancent des éclats terrifiants. il ne supporte pas ça. sa main libre se ferme en poing qu'il doit se retenir de mettre dans cet arbre. il ne peut pas la laisser partir, il ne peut pas la voir fuir loin de lui, il ne peut plus l'entendre parler de regulus. ça suffit. arrêtes de dire ce genre de choses. il siffle en fronçant ses sourcils. tu dois rester avec moi parce que... il se tait, se mord la lèvre, pourquoi il pense à une telle chose, maintenant. je vais perdre la tête, merde, 'cas. il souffle, affligé par la vérité qu'il affronte et se mord la lèvre ensuite, il ne peut pas se montrer faible comme ça, devant personne.

son regard tombe sur la marque rouge qui commence à s'étaler sur la joue de la jeune femme et il secoue un peu sa tête, l'air plus doux à présent. il n'en revient toujours pas, se déteste tellement. je suis désolé. il murmure, conscient d'être assez près de la sorcière pour qu'elle lui rende la monnaie de sa pièce si l'envie lui prend, autant à l'aide de ses mains ou de sa baguette. maddox l'aura simplement mérité. putain, dorcas, je suis désolé. il répète dans un murmure, presque terrifié à l'idée de la voir, les traits déformés par la haine, lui tourner le dos et ne pas revenir. il ne le supporterait pas. et il lève ses doigts, les approchent avec douceur de la joue de la brune mais s'arrête à quelques centimètres, son regard revenant vers le sien. tu peux me lancer un sortilège si tu veux, un crucio même, tout ce que tu veux. elle ne doit pas partir.
if she ever tries to fucking leave again
im'a tie her to the bed and set the house on fire

_________________

there is love in your body

but you can't hold it in, it pours from your eyes and spills from your skin, tenderest touch leaves the darkest of marks and the kindest of kisses break the hardest of hearts. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
mel/cripsow
Messages : 3
Date d'inscription : 07/08/2016
age : vingt-et-un ans
emploi : département de la coopération magique internationale (norvège)
race, origines : sorcière de sang-mêlé.


MessageSujet: Re: that's all right because i like the way it hurts (ft. goyle)   Mar 9 Aoû - 20:19

ses doigts s’enroulent autour de son poignet, lui donnent un ordre implicite. comme d’habitude, elle n’est pas en mesure de luter. mad a toujours eu le dessus sur elle. elle s’aplatit, acquiesce, abandonne. il la plaque contre un arbre, l’écorce lui rentre douloureusement dans la peau. elle ne peut pas fuir, il ne lui laisse pas le choix. il serre les poings, il se retient, elle peut la voir, sur son visage, la haine qui lui tire les traits. elle tient sa baguette entre ses doigts, elle ne veut pas avoir à l’utiliser, mais s’il le faut elle n’hésitera pas. elle s’attend à voir son poing s’abattre à tout moment, quelque part, son flanc, son épaule, son visage. il est devenu fou, se mord la lèvre. son nom est prononcé. menaçant, un grondement terrifiant sorti tout droit de ses tripes. dorcas elle baisse les yeux. ça suffit. arrêtes de dire ce genre de choses. tu dois rester avec moi parce que... parce que sans victime, sans punching ball, sans dorcas il n’aura plus personne à terrifier, il n’aura plus le dessus sur qui ou quoi que ce soit, n’aura plus de contrôle. je vais perdre la tête, merde, 'cas. devenir incontrôlable, faire du mal à d’autres personnes. alors il faut qu’elle se sacrifie. pour le bien de tous. pour le bien de maddox. parce qu’elle ne peut s’empêcher de vouloir son bien, de le voir heureux. elle ne veut plus voir cette rage dans ces yeux. son cœur bat à cent à l’heure dans sa poitrine, ses doigts sont moites autour de sa baguette. il va faire quelque chose, perdre la raison, elle le sent. la tension dans l’air est si opaque qu’elle a du mal à respirer. je suis désolé. putain, dorcas, je suis désolé. pas la peine d’en rajouter, c’est pas la peine il ne pourra pas s’en sortir cette fois, les excuses ne suffisent plus. un rictus se dessine sur ses lèvres. et soudainement elle se demande si elle ne ferait pas mieux de lui rendre la monnaie de sa pièce. comem s’il avait lu dans ses pensées, il ajoute tu peux me lancer un sortilège si tu veux, un crucio même, tout ce que tu veux. il lève lentement sa main, son doigt prêt à se poser sur sa joue, avec une douceur presque risible. pourtant, elle sent ses doigts se détendre autour de sa baguette, ses épaules s’affaisser légèrement. son regard scrute celui de maddox, cherchant le moindre signe de malice. mais rien. juste une lueur sincère de regrets. finalement, il laisse tomber son bras. il lui laisse le choix. tu peux partir. mais si elle le fait, il la dénoncera, elle le sait. dorcas contemple l’idée qu’il lui a donnée, mais finit par ranger sa baguette dans sa poche. elle n’est pas comme lui, sa colère ne prendra pas le dessus sur sa raison. tu comptes rester sous la pluie encore longtemps ? on va attraper froid. le froid glaçant de la nuit, la pluie déchirant l’air. il se détache d’elle, la laisse passer. sa main se glisse dans celle de mad et elle lui adresse un petit sourire en coin, pas très sûre de ce qu’elle doit faire pour le convaincre. allez viens murmure-t-elle dans le vent, la pluie effaçant toute trace de sa voix. il se laisse entrainer, presque insouciant dans son propre manoir. le feu crépite dans l’âtre, dans le petit salon où ils ont pris l’habitude de se retrouver. elle ouvre la porte mais ne pénètre pas dans la pièce. ça te dérange si je t'emprunte un truc à mettre ? elle lui adresse un sourire gêné. tu sais que j’aime trop ce tapis pour l’abimer elle hausse les épaules. et puis j'aimerais bien avoir une mort digne. succomber à un rhume, on a vu plus héroïque. cette fois leurs regards se croisent et elle le remarque. elle n’a toujours pas lâché sa main. se hâte de la laisser tomber, comme si elle s’était brûlée.

_________________
    - a r t e m i s -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: that's all right because i like the way it hurts (ft. goyle)   

Revenir en haut Aller en bas
 

that's all right because i like the way it hurts (ft. goyle)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» That’s how you stay alive. When it hurts so much you can’t breathe. That’s how you survive... By remembering that one day, Somehow... impossibly... It won’t feel this way, it won’t hurt this much † Stydia
» LOVE HURTS ™

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TO INFINITY AND BEYOND :: 
harry potter
 :: deux : marauders era
-